Tiêu điểm
- Học tập và làm theo tấm gương đạo đức Hồ Chí Minh.
 
- Mỗi Thầy Cô giáo là một tấm gương đạo đức, tự học và sáng tạo.
 
- Dạy học lấy học sinh làm trung tâm;

- Chấm dứt tình trạng “Đọc-Chép bài”;

- Chống ngồi nhầm lớp – Vi phạm đạo đức nghề nghiệp;

- Chống bệnh thành tích và tiêu cực trong thi cử.
 
- Xây dựng trường học thân thiện, học sinh tích cực, nếp sống văn minh đô thị.
 
- Hoàn thiện nhà trường phổ thông tiên tiến, hiện đại, mang đậm bản sắc dân tộc, hội nhập khu vực và thế giới.
Giới thiệu > Tiểu sử Nguyễn Gia Thiều

Tóm tắt Tiểu sử

 

nguyen-gia-thieu.png

 Ôn Như Hầu NGUYỄN GIA THIỀU 

(22/3/1741–22/6/1798)

- Nguyễn Gia Thiều là một danh nhân của nước Việt Nam. 

- Ông xuất thân trong gia đình quí tộc. Là vị tướng nổi tiếng Văn Võ song toàn, có tài ngoại giao, lập nhiều công lớn thu phục 10 Châu, được phong tước “Ôn Như Hầu”. 

- Ông là người đã xây dựng chùa Kim Liên, tháp 9 tầng ở chùa Tiên Tích, trang trí nội thất phủ Chúa ở Thăng Long, tạc tượng Chúa Trịnh Sâm … 

- Ông có hàng ngàn tác phẩm văn thơ viết bằng chữ Hán và chữ Nôm. Ông cũng là người vẽ tranh rất giỏi, nhạc sĩ rất tài. Các tác phẩm nổi tiếng của ông như thơ “Cung oán ngâm khúc”, tranh “Tống Sơn Đồ”, nhạc “Sơn Trung Âm”, “Sở Điệu Từ”…

Xem thêm về Tiểu sử Ôn Như Hầu Nguyễn Gia Thiều : 
http://vi.wikipedia.org/wiki/Nguy%E1%BB%85n_Gia_Thi%E1%BB%81u


TÁC PHẨM “CUNG OÁN NGÂM KHÚC”
Tác giả : Ôn Như Hầu Nguyễn Gia Thiều
 
        Sưu tập văn bản Hán Nôm do Huyền Thanh Nguyễn Vũ Tài - Bản thơ tự do tiếng Pháp do Lưu Hoài dịch.
Để xem được chữ Hán Nôm tải Font về cài đặt vào máy tại đây:
http://ngt.edu.vn/resource.ashx?a=16

宮 怨 吟 曲

CUNG OÁN NGÂM KHÚC

COMPLAINTE D’UNE FEMME DE SÉRAIL

温如侯撰[阮嘉韶]

Sưu tập Hán Nôm

Huyền Thanh

NGUYỄN VŨ TÀI

Ôn Như Hầu soạn

[NGUYỄN GIA THIỀU]

Dịch thơ tự do tiếng Pháp:

LƯU HOÀI

𣥱 壁桂𩙍鐄囂訖

𤗖羽依冷扢如銅

怨之仍客椒房

麻吹分薄𦣰𥪝𦟐桃

1. Trải vách quế gió vàng hiu hắt,
Mảnh vũ y lạnh ngắt như đồng,
Oán chi những khách tiêu phòng,
Mà xui phận bạc nằm trong má đào.

1_ Le vent d’automne soufflait légèrement à travers le palais des canneliers

Sous la robe de plume, le froid de bronze Peçait mon cœur

Pourquoi a-t-on détesté les femmes renfermées à leurs chambres de poivre alors ?

Et poussé les jeunes, aux joues roses, juspu’à leuur cruel sort

㐌枚據牢吏㩡

𢪀源干𢷣唯牢當

爲兜𢧚餒𢷣江

𢪀命命吏𢧚傷餒命

5. Duyên đã may cớ sao lại rủi ?
Nghĩ nguồn cơn dở dói sao đang ?
Vì đâu nên nỗi dở dang
Nghĩ mình, mình lại nên (?thêm) thương nỗi mình.

5_ Pourpuoi la chance d’hymen deviendrait-elle la malchance ?

Songgeant aux maux originaires, je m’étails tournée et retournée ?

D’où venait-elle la cause de ma vie inachevée ?

Pensant à moi-même, j’avais pitié de moi, tombant dans les souffrances ?

濫汝課𦟍形造化

𨤔芙蓉𠬠朶誇鮮

蕋花渚𠲶𠰘唭

錦娘班㐌溂味秋容

9. Trộm nhớ thuở gây hình tạo hóa,
Vẻ phù dung một đóa khoe tươi,
Nhụy hoa chưa mỉm miệng cười,
Gấm nàng Ban đã lạt mùi thu dung.

9_ Secrètement, je me souviens du moment où le créateur avait crée la forme humaine.

Comme un hibiscus, ma beauté venait d’éclore

Quand la fleur ne souriait pas encore,

La beauté de la dame Ban, tisseurse de broderie, s’était pâlie, en automne.

盎桃臉抌花惱眾

睽秋波演㳥傾城

䏾𦎛垃灣𤁘𥯋

𦹵核拱㦖浽情𩄲𩅹

13. Áng Đào Kiểm (? Kiển) đâm bông não chúng,
Khóe thu ba dợn sóng khuynh thành,
Bóng gương lấp loáng trong mành,
Cỏ cây cũng muốn nổi tình mây mưa.

13_ Ressemblant aux joues de ‘Đào Kiển’, ma grâce attirante venait de fleurir.

Mes yeux comme les ondes d’aytomne, pouvaieint renverser lrs empires.

Dans le miroir, mon ombre se réflétait brillamment, à travers le store.

Arbres et herbes désireraient à se révolter

Pour se réjouir avec les passions d’amour encore.

沉底渃𩵜矑沱𣵰

𨅉䏧𡗶鴈謹魚沙

香𡗶耽月麋花

西施秩𡳺姮娥秩命

17. Chìm đáy nước cá lờ đờ lặn,
Lửng da trời, nhạn ngẩn ngơ sa,
Hương trời đắm nguyệt mê (?say) hoa,
Tây Thi mất vía, Hằng Nga giật mình.

17_ Plongeant au fond de l’eau, poissons s’immergeaient lentement.

Au ciel là-haut, hirindelles s’étonnaient et tombaient.

Devant ma beauté, lune se grisait, fleurs s’enivraient.

‘Tây Thi’ perdrait son âme, en me regardant, ‘Hằng Nga’ sursautait d’étonnement.

勾錦繡弹英户李

湼丹青堛姉払王

棋仙溜聖埃當

刘伶帝釋羅廊知音

21. Câu cẩm tú đàn anh họ Lý,
Nét đan thanh bậc chị chàng Vương,
Cờ tiên rượu thánh ai đang,
Lưu Linh, Đế Thích là làng tri âm.

21_ Mes beux vers comme brocard et broderie, meilleurs que ceux de Li-Po.

Mon art, ma peinture, plus merveilleux que ceux de Wang-Wei.

Qui pourrait les comparer aux jeux d’echescs,

Aux plaisirs du vin des saints, encore ?

‘Lưu Linh. ‘Đế Thích’ étaient mes intimes partenaires.

琴店月訪尋司馬

笛楼秋度𡥚蕭郎

唒麻𢬣𢱖𠰘唱

天仙拱霓裳𥪝𦝄

25. Cầm điếm nguyệt, phỏng tầm Tư Mã,
Địch lầu thu đọ gã Tiêu Lang,
Dẫu mà tay múa miệng xang,
Thiên tiên cũng ngảnh nghê thường trong trăng.

25_ En écoutant ma guitaire, à la lune

On croyait c’était la musique de Tei-Ma

Ma flute, jouée au palais d’automne,

Ressemblait à celle du jeunne ‘Tiêu’

Ainsi gestes de mes bras, chants de ma bouche faisaient-ils attirer

Les déesses du ciel, de couleurs variées

Et à la nuit de lune, éronner les danceuses aussi.

才色㐌㘇㖫𥪝渃

𧊉螉強敲壳外軒

𦖻𦖑仍眜渚𥆾

病齊宣㐌浽𨕭同同

29. Tài sắc đã vang lừng trong nước,
Bướm ong càng xao xác ngoài hiên,
Tai nghe nhưng mắt chưa nhìn,
Bệnh Tề Tuyên đã nổi lên đùng đùng.

29_ Mon talent, ma beauté furent renommés dans mon pays.

Papillons, abeilles s’agitaient tumultueusement, sous ma véranda.

Et entendant mon nom quoiqu’on ne me voie pas,

Le mal d’amour de ‘Tề Tuyên’ s’élecait vivement ainsi.

花春怒群封嫩蘂

月秋箕渚戲寒光

紅樓群鎖杄霜

深閨群浸味香傾城

33. Hoa xuân nọ còn phong nộn nhụy
Nguyệt thu kia chưa hé hàn quang,
Hồng lâu còn khóa then sương,
Thâm khuê còn thấm mùi hương khuynh thành.

 

33_ Fleur printanière cachait encore son pistil et sa charme.

Lune d’automne là-bas, entr’ouverte à la froide lumière.

Au palais de rose, la fille àtait renfermée, derrière la brume.

De sa chambre retirée, son parfum pouvait renverser les citadelles encore.

廊弓劍拉名𡭉𪀆

客公侯𥄫𥊘蒙𣋀

園春𧊉唉群樔

𧡊花麻庄𡓃𠓨尋香

37. Làng cung kiếm rắp danh (?ranh) bắn sẻ,
Khách công hầu ngấp nghé mong sao,
Vườn xuân bướm hãy còn rào,
Thấy hoa mà chẳng lối vào tìm hương.

37_ Chevaliers, gens de talent s’appêtaient à tirer les moineaux.

Ducs, comtes en attendant l’étoile, la convoitaient disscrètement, alors.

Jardin printanier s’était fermé devant les papillons.

Voyant la fleur, ils ne pouvaient plus chercher son parfum.

肝庄跢坤塘呵轉

𩈘凡箕易典天台

香𡗶詫動塵埃

唒鐄𠦳兩易唭𠬠

41. Gan chẳng đá khôn đường há chuyển,
Mặt phàm kia dễ đến Thiên Thai,
Hương trời sá động trần ai,
Dẫu vàng nghìn lạng dễ cười một khi.

41_ Rien ne pouvait faire changer mon cœur n’étant plus de pierre.

Arriveraient-ils facilement à la grotte ‘Thiên Thai’, ces gens vulgaires ?

Les parfums célestes ne daignaient pas

À regarger les gens d’ici-bas.

Par mille taels d’or, on ne pourrait pas un sourire.

𡄎人事據之𠚢世

𥿥赤繩之底𥿁蹎

𢪱𢬣𦣰擬机塵

渃楊悶洗𣳢寅焒緣

45. Ngẫm nhân sự cớ gì ra thế ?
Sợi xích thằng chi để vướng chân,
Vắt tay nằm nghĩ cơ trần,
Nước dương muốn rảy nguội dần lửa duyên.

45_ En méditant les affaires du monde, pourquoi a-t-il changé l’opinion ?

Par le fil rouge, mes pieds s’étaient enchevêtrés.

Je pensais au mécanisme céleste, en jetant les bras par-dessus le front.

En voulant apaiser le feu des passions

Et souhaitant que Kouan-Yin répandrait son eau du peuplier.

箕世局如印聀梦

𣛠玄微𢲫㨂坤量

𡲈之咹㕵事常

拱群前定呵傷路羅

49. Kìa thế cục như in giấc mộng,
Máy huyền vi mở đóng khôn lường ! 
Vẻ chi ăn uống sự thường,
Cũng còn tiền định khá thương lọ là.

49_ Voilà les aspects de la vie, ressemblant à un rêve, alors.

Sans cesse, le mécanisme mystérieux, fermé et ouvert.

Certainement, manger et boure étaient des actes vulgaires.

À plus forte raison, tout dépendait du déterminisme encore.

𠾕仍几千磨百折

形时群腹𣩂𠾕耨

芾欺買墫膮

㐌牤㗂哭班頭麻𠚢

53. Đòi những kẻ thiên ma bách chiết,
Hình thì còn, bụng chết đòi nau,
Thảo nào khi mới chôn nhau,
Đã mang tiếng khóc ban đầu mà ra !

53_ Ainsi, dans cette vie, combien de gens

Avaient-ils subi trop de douleurs ?

Leurs corps restaient, mais depuis longtemps.

Leurs âmes anéanties, plusieurs fois.

Dès la naissance sitôt, le cordon ombical était enterré.

Pour la première fois, au monde, on avait pleuré.

哭爲餒切他事世

埃排路罷𣷭埌𣘛

𤽸𪘵典𣇫薄頭

死生驚惧爫耨𡫫

57. Khóc vì nỗi thiết tha sự thế,
Ai bày trò bãi bể nương dâu,
Trắng răng đến thuở bạc đầu,
Tử, sinh, kinh, cụ làm nau mấy lần.

57_ À cause des affaires du monde, on pleurait abondemment.

Qui avait inventé cette scène de transformation

De l’océan en champs de mûriers.

À dents blanches, lors de premiers jours,

Jusqu’à à la vieillesse à cheveux argentés,

Durant mort, vie, inquiétude, crainte, encor,

Combien de fois avais-je supporté les douleurs ?

局成敗侯𣝀𠃅𩯀

拉窮通如焠𢩣肝

病塵𠾕断心肝

焒飢焠𦛌刀寒割䏧

61. Cuộc thành bại hầu cằn mái tóc,
Lớp cùng thông như đốt buồng gan,
Bệnh trần đòi đoạn tâm can,
Lửa cơ đốt ruột, dao hàn cắt da.

61_ Succès, échecs faisaient alourdir mes cheveux

Souffrrance, prostérité, semblaient brûler mon cœur.

Les malades dans cette axistence le serraient à maintes fois.

Feu de la faim allumait mes entrailles, couteau du froid coupait ma chair.

𨃴名利渀坡色監

𩈘風塵燙染味𣘛

𢪀身浮世麻𤴬

渤𥪝𣷭苦䕯頭𣷷迷

 

65. Gót danh lợi bùn pha sắc xám,
Mặt phong trần nắng nhuốm (?rám) mùi dâu,
Nghĩ thân phù thế mà đau,
Bọt trong bể khổ, bèo đầu bến mê.

65_ Le chemin de la gloire était mélangé de boue grisâtre, alors.

En vicissitudes, le visage samblait bruni

Par le soleil et la couleur des mûriers.

Dans cette vie éphémère, à bien réfléchir,

Mon corps avait trop souffret,

Semblent à l’écume dans l’océan des malheurs,

À la lentilles d’eau, au rivage des enfers.

味俗味𥚇𤺳辛苦

塘世途𨃴𤻼桤嶇

𨷯𣷭𠾾

隻船皰影泸搊岋𡌿

69. Mùi tục vị lưỡi tê tân khổ,
Đường thế đồ gót rỗ khi khu,
Sóng dồn cửa bể nhấp nhô,
Chiếc thuyền bào ảnh lô xô gập ghềnh.

69_ Ma langue avait savouré trop de douleurs piquantes et amères.

Au cours de cette vie, mes talons étaient bien usés, bientôt.

Les vagues écumantes montaient, descendaient à l’estuaire.

Mon corps comme le bâteau illusoire

Voguait à la surface des flots

稚造化𠷥啍 過喭

𣩁涗𠊛𨕭𣴓麻制

爐渠燶𤍇事𠁀

幅幀雲狗𦘧𠊛桑凔

73. Trẻ tạo hóa đành hanh quá ngán,
Chết đuối người trên cạn mà chơi.
Lò cừ nung nấu sự đời,
Bức tranh vân cẩu vẽ người tang thương.

73_ Quelle cruauté avais-cubie, ô jeune créateur?

Sur cette terre asséchée, je m’étails noyée par votre jeu.

La grande fournaise avait fondu les affaires de la vie, alors.

Le tableau dessiné de chien et nuage, avait pein l’homme en misère et douleur.

殿舞榭𢬥𨷯𡉿

趣歌樓𧍝哭更𨱽

坦平俸拉蔠荄

埃𨑴人影染味斜陽

77. Đền Vũ Tạ nhện giăng cửa mốc,
Thú ca lâu dế khóc canh dài,
Đất bằng bỗng rập chông gai,
Ai đem nhân ảnh nhuốm mùi tà dương.

77_ Au palais d’anciennes danceuses, araignées tendaient leurs toiles,

Prrtes étaient bien moisies.

Au pavillon, durant les longues veilles,

Pleuraient encore, les grillons.

Soudain, les épines se recouvraient sur terre aplatie.

Qui avait trasformé l’ombre humaine, enfin.

En couleur pâle du couchant.

𩛸富貴𩚔廊車馬

把荣花𢥈𡥚公卿

聀南柯窖不平

怦𡥵眜𧻭𧡊命𢬣空

81. Mồi phú quý nhử làng xa mã,
Bả vinh hoa lừa gã công khanh,
Giấc Nam Kha khéo bất bình,
Bừng con mắt dậy, thấy mình tay không.

81_ L’appât de la richesse attirerait les gens aimant les vains honneurs.

Les résidus de la gloire

Tromperaient ducs et hauts dignitaires.

Le rêve de ‘Nam Kha’ était si habile et vexé.

Au réveil du sommeil, on retrouverait les mains vidées

𡑝桃李滛篭蛮莫

𡔒   月𢠩 

𦑃帆𣷭宦𣷠濛

盖風波窖恄坊利名

85. Sân đào lý giâm lồng man mác,
Nền đỉnh chung nguyệt gác mơ màng.
Cánh buồm bể hoạn mênh mông (?mang)
Cái phong ba khéo cợt phường lợi danh.

85_Dans la cour de pêcher et prunier.

L’ombre s’allongeait à perte de vue.

Sur le balcon, vasques et cloches s’étaient pendues,

À la lune rêveuse et éclairée.

Mon corps ressemblait à la voile foulée.

Dans l’océan des mandarinats, encore,

Vent et vagues se moquaient de ceux qui suivaient la gloire.

權禍福𡗶爭秩奇

𡮇便宜庄者份埃

丐𢮿棒産𨕭𡗶

𥊚𥊚人影如𠊛𠫾店

89. Quyền họa phúc trời tranh mất cả,
Chút tiện nghi chẳng trả phần ai,
Cái quay búng sẵn lên trời,
Mờ mờ nhân ảnh như người đi đêm.

89_ Le ciel avait gardé tout le pouvoir

De répartir bonheur et malheur.

N’ayant laissé à personne, aucun choix.

La roue de la métamorphose au ciel, tournait sans cesse,

Comme une image indécise,

L’homme ressemblait à un voyageur, marchant dans la nuit.

形木石鐄今恶古

色禽魚傴雨醯風

肖條人事㐌衝

山河拱幻昆虫拱虚

93. Hình mộc thạch vàng kim ố cổ,
Sắc cầm ngư ủ vũ ê phong,
Tiêu điều nhân sự đã xong,
Sơn hà cũng ảo (?huyễn), côn trùng cũng hư.

93_ Métal, or, semblables aux arbres et pierres, seriont ternis.

Par l’ancien temps et maintenant,

Oiseaux, poissons, tristes et flétris,

Les affaires humaines, à la pluie et au vent

Seriont désertes et abandonnées.

Montagnes, fleuves changés, aussi.

De même, les insectes anéantis.

梂誓水𡎢猪古渡

舘秋風𨅸愈斜暉

風塵典奇山溪

桑滄典奇花箕𦹵尼

97. Cầu Thệ thủy ngồi trơ cổ độ,
Quán thu phong đứng rũ tà huy.
Phong trần đến cả sơn khê,
Tang thương đến cả hoa kia cỏ này.

97_ Restée seule au rive de “Thệ Thủy’ d’antan,

Je regardais l’eau, s’écoulant sous le pont.

À l’auberger dans le vent d’automne,

Je me tanais debout, au couchant.

Mon sort malheureux, en vicissitudes, de même ruisseaux et monts.

Tout s’était trasformé de l’océan en champs de mûriers,

Aussi que herbes et fleurs.

從幻化㐌排𠚢帝

刼浮生𥉩𧡊麻𤴬

𤾓𢆥群固之兜

庄戈𠬠埝 𦹵 邱青荑

101. Tuồng ảo (?huyễn) hóa đã bày ra đấy,
Kiếp phù sinh trông thấy mà đau.
Trăm năm còn có gì đâu,
Chẳng qua một nấm cổ khâu xanh rì !

101_ Les scènes invraisemblables s’étaient étalées à nos yeux.

Regardant l’existence éphémère, nuos nous sentions plus douloureux.

Durant cent ans, que signifiait-elle cette vie flottante ?

Tout n’était qu’un tretre, recouvert d’herbes verdoyantes.

味俗累塘箕咳𡃻

𢝙之麻刀等塵緣

丐𦎛人事廛廛

料身尼買机禅沛孬

105. Mùi tục lụy đường kia cay đắng,
Vui chi mà đeo đẳng trần duyên.
Cái gương nhân sự chiền chiền,
Liệu thân này với cơ thiền phải nao.

105_ Les plaisirs de cette vie, si amers et piquants.

Pourrait-on se réjouir, en s’attachan à cet hymen accablant ?

Dans le miroir, se réflétaient toutes les affaires humaines, clairement.

Préverrait-on trouver ce corps, lié à la machine bouddhique, évidemment ?

時摱趣逍遙𨷶佛

䋦七情決𢴑朱衝

多忙之女㧅摓

𢝙之世事麻懞人情

109. Thà mượn thú tiêu dao cửa Phật,
Mối thất tình quyết dứt cho xong,
Đa mang chi nữa đeo (?đèo) bồng (? bòng),
Vui gì thế sự mà mong nhân tình !

109_ Mieux vaudrait chercher la joie dans la porte de buddha, enfin.

Et décider à rompre les relations aux sept passions.

Plus on les emportait, plus on se chargeait.

Les affaires saciales ne seriont plus joyeuses, alors.

Je n’espérerais plus aux relations humaines, encor.

𥙩𩙋𠖾𦝄清結義

摱花曇燭慧爫緣

脱塵𠬠𨃴天然

盖身外物羅仙𥪝𠁀

113. Lấy gió mát trăng thanh kết nghĩa,
Mượn hoa đàm đuốc tuệ làm duyên.
Thoát trần một gót thiên nhiên,
Cái thân ngoại vật là tiên trong đời.

113_ Pour amis, je choisirerais vent frais, lune claire.

Et empruntais fleur sacrée, torche de sagesse, pour amour.

En me délivrant de ce monde, je vivrais dans la nature.

De cette existence, une fois libéré,

Mon corps serait dans un royaumne des fées.

意拱拉𠚢外鋾鑄

决論𨦩夫婦朱甘

埃疑𡗶庄朱爫

决𨑴𦀊𧺀麻监芃桃

117. Ý cũng rắp ra ngoài đào chú,
Quyết lộn vòng phu phụ cho cam.
Ai ngờ trời chẳng cho làm,
Quyết đem dây thắm mà giam bông đào !

117_ À mon intention, je voudrais m’échapper à la loi du créateur.

Aussi, déciderais-je de franchir le cercle conjugal, encor.

Mais non, le ciel ne m’avait pas permis d’affectuer cette idée.

Au contraie, il m’avait liée

Au fil rouge, pour renfermer le sort d’une rose, alors.

罕夙𣛤爫牢帝佐

咍前因後菓初箕

咍天宮固調之

𡬈塵麻者𧴱𠫾朱耒

121. Hẳn túc trái làm sao đây tá,
Hay tiền nhân hậu quả xưa kia ? 
Hay thiên cung có điều gì ? 
Xuống trần mà trả nợ đi cho rồi.

121_ Peut-être, devrais-je payer les dettes antérieures.

Ou celles des causes d’antan à effets de la vie future.

Ou biene j’avais commis une faute, au palais céleste ?

Et, je devrais être au monde, poir payer mes dettes.

箕鳥獸羅類萬物

唒無知拱扒㧅摓

固陰陽固婦𠽚

唒徐天地拱𨦩夫妻

125. Kìa điểu thú là loài vạn vật,
Dẫu vô tri cũng bắt đeo bồng (?đèo bòng).
Có âm dương, có vợ chồng,
Dẫu từ thiên địa cũng vòng phu thê.

125_ Voilà oiseaux et animaux, les êtres vivants.

Ils s’efforçaient de former les couples quoiqu’ils n’aient pas de sentiment.

En unissant en époux, selon les principes femelle et mâle.

Au commencement de l’univers, ils avaient sibi aussi la loi de la vie conjugale.

塘作合𡗶箕衝㩡

准爫牢朱瑰人情

催催𥋓𩈘爫請

此䀡𡥵造招命尼呶

129. Đường tác hợp trời kia giong ruổi
Trốn làm sao cho khỏi nhân tình.
Thôi thôi ngoảnh mặt làm thinh,
Thử xem con tạo gieo mình nơi nao ?

129_ C’était la ciel-là qui nous avait conduit, selon le chemin d’union.

Comment pourrions-nous nous échapper à la loi des passions ?

Mieux vaudrait détourner les regards et se taire, ainsi.

Attendrions-nous à voir comment le Créateur m’unirerait-il ?

𢬣月老虚牢固𠬠

俸絲情𥿁𨃴宮妃

丐店𣋚意胋之

䏾楊篭䏾𦯬眉蛰重

133. Tay Nguyệt lão khờ sao có một,
Bỗng tơ tình vướng gót cung phi.
Cái đêm hôm ấy đêm gì,
Bóng dương lồng bóng, đồ my trập trùng.

133_ Ô Dieu des mariages ! Comme vous êtes si crédule.

Le fil rouge, soudain, s’était lié à mon talon de concubine royale.

Quelle était-elle cette muit-là ?

L’ombre du roi s’était mêlée à la clarté du camélia.

𣑳芍藥𢠩忙瑞雨

朶海棠𥅞𥄭春宵

梗春花呫占嘲

𩙋東催㐌 𠹳桃 嘺梅

137. Chồi thược dược mơ màng thụy vũ,
Đóa hải đường thức ngủ xuân tiêu.
Cành xuân hoa chúm chím chào,
Gió đông thôi đã cợt đào ghẹo mai.

137_ Ressmblant à une branche de la pivoine,

Je m’étais tombée dans la pluie pluvieuse.

À la nuit printanière , le sorbier restait ensommeillé.

Comme une branche fleurie, au printemps

Il souriait à demi, en saluant le dieu du printemps, effin.

Le vent d’Est venait de badiner le pêcher et l’abricotier.

袩霓怒左哉 𠓀𩙋

襖雨箕垃𥌧𥪝𦝄

笙歌氽曲㘇㖫

丐身西子𨕭澄殿蘇

141. Xiêm nghê nọ tả tơi trước gió,
Áo vũ kia lấp ló trong trăng.
Sênh ca mấy khúc vang lừng,
Cái thân Tây Tử lên chừng điện Tô.

141_ Au vent, mes jupes de couleur variée, s’étaient éparpillées.

Mes habits de plume, se cachaient à demi, à la lune éclairée.

Quelques chansons de musique se résonnaient encor.

Il semblait que la belle ‘Tây Thi’ se haussait au palais de ‘Cô Tô’

𧛋紅翠𦹳萩味麝

䏾佩環垃𥌧𦝄清

𩄲湄氽湥鍾情

亭沉香鎖𠬠梗牡单

145. Đệm hồng thúy thơm tho mùi xạ,
Bóng bội hoàn lấp ló trăng thanh,
Mây mưa mấy giọt chung tình,
Đình trầm hương khóa một cành mẫu đơn.

145_ Les matelas de plume rose, s’étaient parfumés d’odeur de muse,

Au clair de lune, se scintillaient les bijoux d’or.

Les plasirs des passions d’amour,

Se répandaieut goutte à.

㗂曲鳳宫弹遂液

喠呢嫩𢴝笛丹墀

強弹強笛強迷

強咳噶調強犀再𢚸

149. Tiếng khúc phượng (?thánh thót) cung đàn toại (?thúy) dịch,
Giọng nỉ non ngón địch, đan trì.
Càng đàn, càng địch, càng mê,
Càng gay gắt điệu, càng tê tái lòng.

149_ À la chambre retirée, se firent entendre,

Les chansons harmonieuses de la guitare.

Voix plaitives et aires de flûte, encore.

Plus la musique se retentissait, plus les chants de flûte s’enivraient.

Plus ils étaient douloureux, plus mon cœur se serrait.

眉蛾吝𩈘蠬路路

插雙雙堆侶人緣

花𦹳𨷈隊恩𨕭

甘功忙㗂婵娟𠇍𠁀

153. Mày ngài lẫn mặt rồng lồ lộ,
Sắp song song đôi lứa nhân duyên.
Hoa thơm muôn đội ơn trên,
Cam công mang tiếng thuyền quyên với đời.

153_ Sourcils de ver-à-soie, visage du dragon s’étaient mêlés.

Selon l’hymen, tous les deux formaient un couple assorti.

Comme une fleur parfumée, je voudrais remercier

À maintes fois, le roi suprême.

Je me serais résignée à accomplir

Le sort d’une belle femme quand même.

𨕭𠃩陛𩈘𡗶𡬼𡬷

𡦂春𥢆𣋽直𣌆朝

沛緣香焒拱饒

車羝路𢴑蘿𣘛買𠓨

157. Trên chín bệ mặt trời gang tấc,
Chữ xuân riêng sớm chực trưa chầu.
Phải duyên hương lửa cùng nhau,
Xe dê lọ rắc lá dâu mới vào.

157_ Au trône royal de gradins,

Le roi se séparait d’un seul empan.

Avec les passions printaières, j’ai assité

À son royaumne, soir et matin.

Selon l’hymen du feu et de l’encens, nous nous étions attachés.

Non pas comme les aitres qui ont répandu

Des feuilles de mûriers au palinquin,

Tiré par le bouc, pour accuellir le roi.

欺挹槾揞桃閣月

𣅶唭霜𠹳雪殿楓

朶梨唁眜九重

雖眉點溂仍𢚸拱超

161. Khi ấp mận ôm đào gác nguyệt,
Lúc cười sương cợt tuyết đền phong.
Đóa lê ngon mắt cửu trùng,
Tuy mày điểm nhạt nhưng lòng cũng siêu (?xiêu).

161_ Au pavillon sous la lune, tantôt nous nous embrassions,

En échangeant pêchers et pruniers.

Tantôt, sourions ensemble et jouissions

Sous neige et rosée, au palais d’oechidée,

Ressmblant au poirier, je plairais aux yeux du roi.

Avec mes sourcils légèrement parés.

Son cœur s’était épris aussi.

𨤔尤物𤾓朝豸捽

𢚸君王之拙𨕭𢬣

𦟐紅空酌麻醝

渃箕悶堵城尼悶龍

165. Vẻ vưu vật trăm chiều chải chuốt,
Lòng quân vương chi chút trên tay.
Má hồng không chuốc mà say,
Nước kia muốn đổ thành này muốn long.

165_ Comme une chose rare et précieuse,

J’étais digne de recevoir mille caresses.

Mais non, le roi ne me coyait plus dans ses bras.

Les autres joues roses, n’étant pas maquillées

Pourraient le rendre affolé.

Par leur beaute, ce pays et cette citadelle seriont renversés.

園西苑曲重清夜

閣臨春調我庭花

乘恩𠬠聀更斜

祠𤎎涅玉𤇥𤍶𨤔𣜱

169. Vườn Tây Uyển khúc trùng Thanh Dạ,
Gác Lâm Xuân điệu ngã Đình Hoa.
Thừa ân một giấc canh tà,
Tờ mờ nét ngọc lập lòa vẻ son.

169_ Au jardin royal ‘Tây Uyển’, il entendrait

Répéter le morceau de la ‘Nuit éclairée’

Au balcon de ‘Lâm Xuân’, il écouterait

Les chansons de la ‘Fleur du palais’.

Ses bienfaits étant un doux rêve des veilles.

À la lune inclinée.

Ce rêve, tantôt confus, tantôt clair, s’était eutremêlé.

Avec les beaux plaisirs de la vie conjugale d’autrefois.

𨕭帳錦至尊渭渭

仍欺𧵆噲君王

唒麻𢬣固𠦳鐄

妬埃謨特𠬠場梦春

173. Trên trướng gấm Chí Tôn vời vợi (?vòi vọi)
Những khi nào gần gũi quân vương.
Dẫu mà tay có nghìn vàng,
Đố ai mua được một tràng mộng xuân.

173_ Sur le trône entouré de brocard, restait un vénérable seigneur.

Je me souvenais des moments, à côté de L’Empereur.

Quoiqu’on ait de mille taels d’or,

Pourrait-on acheter une suite de rêves peintaniers.

唭怒吏𤶑眉柳

花箕吏𢯨 𨃴

身尼捥𢰳爲緣

拱甘𠬠㗂婵娟買𠊛

177. Thôi cười nọ, lại nhăn mày liễu,
Kêu (?ghẹo) hoa kia, lại níu gót sen.
Thân này uốn éo vì duyên,
Cũng cam một tiếng thuyền quyên với người.

177_Cessant de rire, je fronçais les sourcils,

Ressemblant aux feuilles du saule, ainsi.

Tantôt, je taquinais, cette fleur-là.

Tantôt, à pas de lotus, je me promenais

À cause de l’amour, mon corps se balançait et ployait.

En se résignant au pauvre sort

D’une jeune fille, dans cette vie, alors !

氽朶洛類山野

枉味香王者𡗋𠊝

𡄎如巾桎緣尼

甘功撻丐巾尼則於

181. Lan mấy đóa lạc loài sơn dã,
Uổng mùi hương vương giả lắm thay !
Gẫm như cân trất duyên này,
Cam công đặt cái khăn này tắc ơ.

181_ Les voilà, quelques orchidées égarées, venues de la prairie.

Quel regret ! Un pafum royal répandu sur cette vie !

À bien réfléchir, j’étais comme turban et peigne dans cet hymen.

Je ne méritais pas aux peines de mes parents

Ayant posé le voile quand j’étais une enfant.

幀琵翼𥆾𢛨𪀄怒

圖連枝路擼花箕

𡦂同𥙩帝爫𥱬

摱調七夕麻誓百年

185. Tranh tỳ dực nhìn ưa chim nọ,
Đồ liên chi lần trỏ hoa kia.
Chữ đồng lấy đấy làm (?mà) ghi,
Mượn điều thất tịch mà thề bách niên.

185_ J’aimais à contempler les ailes d’oiseaux sur le tableau.

À la gravure, je voudrais indiquer, du doigt,

Les branches liées à cette fleur.

Et graver le mot ‘Union’ dans mon cœur.

À la septième nuit du septième mois

Je jurerais à vivre, pour mille ans, encor.

曷湄㐌津沔臺閣

仍𢜠𠶀𩵜渃緣枚

強娄強𡗋味咍

朱甘功几𢴞𢬣樁藍

189. Hạt mưa đã lọt miền đài các,
Những mừng thầm cá nước duyên may.
Càng lâu càng lắm mùi hay,
Cho cam công kẻ nhúng tay thùng chàm.

189_ Comme une goutte d’eau, tombant dans le palais royal, alors.

Je m’étais sincèrement réjouie, comme poisson et eau.

Plus la vie durait, plus je goûterais le bonheur.

Pour mé riter aux peines de ceux qui avaient trempé la cuve d’indigo.

埃疑俸𠬠𢆥𠬠溂

源干箕庄蕯麻潙

推𠫾兜別机𡗶

俸空麻化𠚢𠊛未亡

193. Ai ngờ bỗng một (?mỗi) năm một nhạt,
Nguồn cơn (?ân) kia chẳng tát mà vơi.
Suy đi (?thôi đi) đâu biết cơ trời,
Bỗng không mà hóa ra người vị vong.

193_On ne croyait que le bonheur dimiuait chaque année.

N’étant pas épuisée, cette sourse-là s’était asséchée.

Par le changement, on ne connaissait pas le mécanisme céleste.

Bientôt, je m’étais transformée en une veuve désespérée.

𤒘王者至公羅世

庄𢐝朱典睽陰涯

閍紅 𠦳紫都鮮

主春𥆾𢲨𠬠𠄩葻𧵆

197. Đuốc vương giả chí công là thế,
Chẳng soi cho đến khóe âm nhai.
Muôn hồng nghìn tía đua tươi,
Chúa xuân nhìn hái một hai bông gần.

197_ La torche royale était équitable et juste, toujours.

Pourquoi ne s’éclairait-elle pas à tous les coins abscurs ?

Mille fleurs de rose et de pouepe étaient en train de s;épanouir.

Mon Seigneur, dieu du printemps, n’accueillait que les fleurs de tout près.

本㐌別丐身勾擼

𩵜𩛂𩜫拱苦𩚔𢧚

喭咍丐燕𠀧𠦳

𠬠核樛木別擅梗

201. Vốn đã biết cái thân câu trỏ,
Cá no mồi cũng khó nhử nên (?lên).
Ngán thay cái én ba nghìn,
Một cây Cù mộc biết chen cành nào !

201_ Ayant compris, dès l’origine, que mon corps

Ressemblait à un pêcheur, en accessoire.

Pour la poisson répu, ce serait difficile à le pêcher.

Quelle douleur ! Comme une hirondelle parmi les trois mille autres,

Comment pourrais-je me bousculer

Sur les branches d’un grand arbre ?

㐌忌𦟐桃㨯𩫛

罕緣鮮分卒欣𠊛

咍𡥵造𤽗

𧯄溇𡮇戲𩈘𡗶吏滛

205. Song đã cậy má đào chon chót,
Hẳn duyên tươi phận tốt hơn người.
Nào hay con tạo trêu ngươi,
Hang sâu chút hé mặt trời lại râm.

205_ Pourtant, javais confiance en ma beauté.

Mieux que les autres, mon amour serait plus ardent.

Mais, le Créateur m’avait bien taquinée.

À ce caverne ombragé,

Le soleil ne s’éclairait qu’un seul moment.

𥪝宮桂喑𠶀隻䏾

𣈔𢆥更𪚤𨁮𨁮

頃爫之罢主春

制花朱𦛗蕋寅吏催

 

209. Trong cung quế âm thầm chiếc bóng,
Đêm năm canh trông ngóng lần lần.
Khoảnh làm chi bấy chúa xuân,
Chơi hoa cho rữa nhụy dần lại thôi.

209_Dans le palais des canneliers, restant avec mon ombre, en secret,

Durant les cinq veilles de la nuit

J’attendais, à tous les moments.

Pourquoi étiez-vous si méchant

Ô mon seigneur du printemps !

Comme vous aviez défloré la fleur et l’aviez délaissée.

樓待月𨅸𡎢夜雨

閣乘凉𥅞𥄭秋風

房椒冷𠖯如銅

鏡鵉𢯏姅帶同扯堆

 

213. Lầu đãi nguyệt đứng ngồi dạ vũ,
Gác thừa lương thức ngủ thu phong.
Phòng tiêu lạnh ngắt như đồng,
Gương loan bẻ nửa, đai (?giải) đồng xẻ đôi.

213_ Assise et debout au balcon, à contempler la lune,

Je l’attendais, tant de nuits pluvieuses.

Au pavillon, sous la fraiche brise,

Je me réveillais et dormai, au vent d’automne

Ma chambre de poivre devenait glacial comme le cuivre, alors.

Miroir de phénix brisé, turban d’union coupé en deux.

朝塢湥聀梅𣌉𣋽

𨤔冰傾魂𧊉沕撝

深閨永𠖯如詞

𨷶珠𩙋𢯰玡霜搖

217. Chiều ủ dột giấc mai khuya sớm,
Vẻ bâng khuâng hồn bướm vẩn vơ.
Thâm khuê vắng ngắt như tờ,
Cửa châu gió lọt, rèm ngà sương gieo.

217_ Tristes soirées, aoux sommeils se passaient, matin et soir.

Dans la mélancolie, mon âme comme un papillon.

S’envoilait vaguement.

Un lugubre silence régnait,

Dans la gynécée glaciale, encore.

À la tenture de jade, le vent soufflait.

La brume se suspendait, au store d’ivoire.

痕鳳輦笘𦼔擄祖

㾞羊車盎𦹵觥孤

樓秦朝溂𨤔秋

檜鵉雪㨂𧜖衢這冬

221. Ngấn phượng liễn chòm rêu lỗ chỗ,
Dấu dương xa đám cỏ quanh co.
Lầu Tần chiều nhạt vẻ thu,
Gối loan tuyết đóng, chăn cù giá đông.

221_ Traces du char royal, orné de phénix,

S’étaient recouvertes de moussures.

Vestiges du palinquin, tiré par le bouc,

Imprégnés sur herbes et terre.

Palais des ‘Tần’, au soir d’automne, semblait pâli.

Sur l’oreiller, la neige se gêlait

Les couvertures décorées du dragon se glaçaient.

𣈜𦒹刻信懞鴈永

𣈔 𠄼更𦗏㗂鍾𡃚

冷𨓡咍聀孤眠

味香寂寞䏾畑深幽

225. Ngày sáu khắc tin mong nhạn vắng,
Đêm năm canh lắng tiếng (?tiếng lắng) chuông rền.
Lạnh lùng thay giấc cô miên,
Mùi hương tịch mịch, bóng đèn thâm u.

225_ Aux six espaces d’un jour, j’attendais,

En cain, les nouvelles.

À la nuit, durant les veilles,

Seules, les cloches se résonnaient.

Quelle froideur ! Le sommeil d’une femme solitaire.

Parfum isolé s’embaumait dans le solence lugubre.

Et, dans le pénombre, seule, la lampe luisait.

𠴠 𥋴𥉩圖素女

𩈘忿𥉩𨕭𨷶嚴搂

𠬠命𨅸悴𡎢愁

㐌嘆貝月吏愁貝花

229. Tranh biếng ngắm trông đồ tố nữ,
Mặt buồn trông trên cửa Nghiêm lâu.
Một mình đứng tủi ngồi sầu,
Đã than với nguyệt lại rầu với hoa.

229_ Nonchalamment, je ne voulais pas contempler

Les belles vierges sur le tableu.

Au triste visage, je n’aimais plus à regarder,

Les portes majestueuses du palais.

Ayant honte, je rastais seule, assie et debout, dans la tristesse.

En me plaignant à la lune, m’angoissant aqvec les fleurs, sans cesse.

𢞂每餒𢚸㐌剋挂

喭𤾓朝𨀈吏謹𢠐

花尼𧊉𡝖徐於

底𤷍葻𧺀底初蕋鐄

233. Buồn mọi nỗi lòng đà khắc khoải,
Ngán trăm chiều bước lại ngẩn ngơ.
Hoa này bướm nỡ thờ ơ ! 
Để gầy bông thắm để xơ nhụy vàng.

233_ Mon cœur se serrait devant ces affaires si exhaussées.

Par mille causes, je me dégoûtais, à pas erronnés.

Pourquoi le papillon était-il si indifférent à cette fleur ?

De délabrer le jaune pistil, encor.

𣈔 𠄼更𨁮娘壁桂

丐盆尼埃底𤄌饒

𤄌饒庄丐琉球

𤄌饒朋丐幽𣜷毒諸

237. Đêm năm canh lần nương vách quế,
Cái buồn này ai để (?dễ) giết nhau.
Giết nhau chẳng cái Lưu cầu,
Giết nhau bằng cái u sầu độc chưa ?

237_ Aux cinq veilles de la nuit, successivement,

Je m’appuyais au cloison des canneliers.

Qui pourrait tuer cette mélancolie facilement ?

Pourquoi ne m’avait-on pas tuée par un coup d’épée ?

Mais, me tuer par l’angoisse ? Quelle cruauté !

𢬣月老庄𦀺时渚

𦀺世尼固𢷣攔空

當𢬣㦖𢴑絲紅

愊命㦖踏椒房麻𠚢

241. Tay Nguyệt lão chẳng xe thì chớ,
Xe thế này có dở dang không ?
Đang tay muốn dứt tơ hồng,
Bực mình muốn đạp tiêu phòng mà ra

241_ Pourquoi Dieu des mariages ne me filait-il pas si bien, alors ?

Par votre manière, ma vie deviendrait inachevée.

Bientôt, je déciderais de rompre ce fil rouge ainsi.

M’étant fâchée, je voudrais fouler aux pieds

Ma chambre de poivre pour m’échapper.

蹈𡓃園花𢆥外

朶紅桃𢲨𣇙群𩇢

𨕭閣鳳𠁑樓鶯

檜遊仙唉伶伶双双

245. Nào dạo lối vườn hoa năm ngoái,
Đóa hồng đào hái buổi còn xanh.
Trên gác phượng, dưới lầu oanh,
Gối Du tiên hãy rành rành song song.

245_ Le voilà le sentier du jardin, à la dernière année.

Par-là, j’avais cuelli les jeunes pêchers.

Tantôt, faisant un tour, au balcon orné de phénix,

Tantôt, au pavillon décoré du loriot.

Côte à côté, restant les oreillers, aux rêves de fées.

悲除㐌𠚢𢚸𥜤𢘭

底身尼𦹵甕絲𥯋

東君牢窖不情

梗花残月愊命懷春

249. Bây giờ đã ra lòng rẻ rúng.
Để thân này cỏ úng tơ mành.
Đông Quân sao khéo bất tình,
Cành hoa tàn nguyệt, bực mình hoài xuân.

249_ Maintenant, il a changé son cœur, m’a méprisée

M’a délaissée comme herbe flétrie, soie fânée.

Ô mon seigneur ! Pourquoi é tiec-vous si indifférent ?

Eassemblant à une fleur déparée, sous la lune mal-éclairée.

M’étant fâchée, je me souvenais de ma belle jeunesse, enfin.

𣅶𢭸樓秦𣋚怒

梗柳𥯋𢯏課當絲

欺帳玉𣅶簾玡

𤗖春衣唉𢮀𢮀𨁪丰

253. Nào lúc tựa lầu Tần hôm nọ,
Cành liễu mành bẻ khóa (?thuở) đương tơ.
Khi trướng ngọc, lúc rèm ngà,
Mảnh xuân y hãy sờ sờ dấu phong.

253_ Voilà le moment où je m’appuyais au balcon des ‘Tần’. l’autre jour.

En cueillant les jeunes branches du saule, en temps de leur verdure.

Tantôt, je m’esseyais à côté des stores de jade, alors.

Tantôt, à côté des tentures d’ivoire.

Et, voilà les habits de fe6te, imprégnés de traces de moussures.

悲𣇞㐌𠚢𢚸拥𢬦

底身尼渃沚花㵢

化公牢窖𡃔𥇹

䏾畑斜月𩚔味寄生

257. Bây giờ đã ra lòng ruồng rẫy,
Để thân này nước chảy hoa trôi.
Hóa công sao khéo trêu ngươi,
Bóng đèn tà nguyệt nhử mùi ký sinh.

257_ À présent, son cœur m’a abandonnée

M’a jetée comme eau écoulée, fleur flottante, encore.

‘Ô marâtre nature ! Pourquoi étiez-vous si cruelle de me taquiner ?

La lampe s’éteignait, à la lune inclinée.

Et amorçait peu à peu, cette vie éphémère.

景花落月冥羕意

焒黄昏如𤈜𤗲𣜱

黄昏催吏昏黄

月花催吏添𢞂月花

261. Cảnh hoa lạc nguyệt minh dường ấy,
Lửa hoàng hôn như cháy tấm son.
Hoàng hôn thôi lại hôn hoàng,
Nguyệt hoa thôi lại thêm buồn nguyệt hoa !

261_ Fleurs tombaient, lune s’assombrait, encor.

Le feu du crépuscule semblait brûler mon cœur.

Un crépuscule se terminait, un autre se succédait.

Toujours, lune et fleurs s’intercalaient

À cause d’elles, ma tristesse augmentait.

𢞂爲餒月殘埃重

𢞂爲調花用埃𥆾

情𢞂景吏無緣

情𥪝景意景邊情尼

265. Buồn vì nỗi nguyệt tàn (?tà) ai trọng ?
Buồn vì điều hoa rụng ai nhìn ?
Tình buồn cảnh lại vô duyên,
Tình trong cảnh ấy, cảnh bên tình này.

265_ Au déclin de la lune, je m’angoissais.

Qui m’aurait adorée ?

À la tombé des fleurs, mon cœur se serrait.

Qui m’aurait ragardée ?

Avec un cœur trublé, tout paysage n’aurait aucune signifiance, certes.

Comment était-il son a mour ? Cette scène me rendait plus émouvante.

欺陣𩙋櫳𢯦梗壁

𦖑洟淘㗂𠼽外賒

𢠩糊儗㗂車𠚢

焠封香可麻𤏤襖殘

269. Khi trận gió lung lay cành bích,
Nghe rì rào tiếng mách ngoài xa.
Mơ hồ nghĩ tiếng xe ra,
Đốt phong hương 
khả (?hả) mà hơ áo tàn.

269_ Quand un coup de vent agita les branches du sterculier,

Au loin, quelques bruits se firent sntendre, alors.

En pensant vaguement que c’était le char du roi.

Je brûlais l’encens, réchauffais la robe fânée pour le recevoir.

埃疑㗂𧍝癱咦𠯇

喠悲秋噲几孤房

永腥𧡊云夢

唏凄凉冷𠖯窗扉萤

273. Ai ngờ tiếng dế than ri rỉ,
Giọng bi thu gọi kẻ cô phòng.
Vắng tanh nào thấy vân mồng,
Hơi thê lương lạnh ngắt song phi huỳnh.

273_ On ne croyait que c’étaient les cris retentis du grillon,

Et les tristes voix d’automne, seulement,

Appelant la femme dans la solitaire gynécée.

Dans ce silence lugubre, aucune nouvelle révélée.

Seul, le froid glacial et triste régnait

À travers la fenêtre, les lucioles s’envolaient.

䏾月𦲵𠠩屋

𦖑㘇㖫㗂喲邊𦖻

提證𢪀㗂小隊

研瓶粉木麻𢬗𦟐𩰈

277. Khi bóng nguyệt chênh vênh trước ốc,
Nghe vang lừng tiếng giục bên tai
Dè chừng nghĩ tiếng tiểu đòi,
Nghiên bình phấn mốc mà giồi má nheo.

277_ Quand la lune s’inclinait devant le toit,

À mes oreilles, les bruits s’empressaient.

Je croyais que c’était la voix

De la servante qui m’appelait.

En vidant le pot du vermillon moisi,

Je farçiais mes joues ridées, ainsi.

埃疑㗂鵑嘺𠚢呂

調傷春哭妸霜閨

冷𨓡𧡊塢𠲖

氣悲傷直慝𡏛落花

281. Ai ngờ tiếng quyên kêu ra rả,
Điệu thương xuân khóc ả sương khuê
Lạnh lùng nào thấy ủ ê,
Khí bi thương trực (?sực) nức hè lạc hoa.

281_ Mais non, c’étaient les chants du râle d’eau qui gémissait.

Et les plaintes d’une veuve, pleurant sans cesse, dans sa chambre.

Dans le froid glacial, personne ne se voyait,

Tout semblaits si lugubre.

Regrets, souffrances se répandaient

Sur la véranda où les fleurs tombaient.

㗂逐殿唭𦓅 𠚢 咭

味權門𧺀質𢧚沛

𢪀𢧚㗂𨷶權喂

時從且丕拱催𠬠𠁀

285. Tiếng trục (?thúy) điện cười già ra gắt,
Mùi quyền môn thắm chất (?rất) nên phai.
Nghĩ nên tiếng cửa quyền ôi,
Thì thong thả vậy cũng thôi một đời.

285_ Au palais royal, les rires à l’excès, deviendraient si ennuyeux.

À la porte du pouvoir, l’éclat violent de puissane, semblait pâli.

Si je croyais que ma carrière serait pourrie à ce lieu,

J’attendrais un autre jour

Ma vie serait moins accablante, ainsi.

𠸠𣋽別𢚸𡗶㧅等

唒税錢拱庄𢞂惺

𢪀命吏喭朱命

丐花㐌啐招梗別牢

289. Ví sớm biết lòng trời đeo đẳng,
Dẫu thuê tiền cũng chẳng buồn tênh (?mang tình).
Nghĩ mình lại ngán cho mình,
Cái hoa đã trót gieo cành biết sao !

289_ Si j’avais connu sitôt, le coeur du roi comme ce-ci,

Je n’aurais jamais accepté ce triste sort à n’importe quel prix.

En pensant à moi-même, je m’apitoyais sur mon sort, de plus en plus.

Comme à cette fleur tombée,

J’avais tort de devenir une branche détachée.

𠰳膏梁風旈仍濫

味霍梨清淡麻𤯆

拱饒𠬠聀衡門

憢𠰉哳𪂲𡥵拱情

293. Miếng cao lương phong lưu nhưng lợm,
Mùi hoắc lê thanh đạm mà ngon.
Cùng nhau một giấc hoành môn,
Lau nhau chíu chít (?ríu rít) cò con cũng tình.

293_ Mets succulents, au noble palais, m’avaient fait vomir.

Pourtant, simples repas de légume sembaient si bons à manger.

Sous l’humble maison, nous pourrions dormir

Et vivre ensemble, pasiblement.

Ma vie serait heureuse avec mes enfants

Comme les petiles aigrettes aux chams.

爲𣋽別分命𠚢世

觧結調吪𠽡爫之

他浪局寞茄圭

油𢚸冗擾月箕花尼

297. Ví sớm biết phận mình ra thế,
Giải kết điều hóe họe (?óe ọe) làm chi.
Thà rằng cục mịch nhà quê,
Dầu lòng nũng nhiễu (?nũng nịu) nguyệt kia hoa này !

297_ Si j’avais connu que mon sort deviendrait comme ce-ci

Je n’aurais jamais lié au fil rouge des comédiens, ainsi.

Mieux vaudrait être une paysanne grossière.

Je me résignais à vivre librement, alors.

À me dorloter avec la lune là-bas et ces fleurs, encore.

朝寂寞㐌𤷍䏾兔

𨤔萧騷吏㽳花畑

𨑴歌笑觧煩

唭𢧚㗂哭喝𢧚喠愁

301. Chiều tịch mịch đã gầy bóng thỏ,
Vẻ tiêu tao lại võ hoa đèn.
Muốn đem ca tiếu giải phiền,
Cười nên tiếng khóc, hát nên giọng sầu.

301_ À la soirée paisible, sous l’ombre lunaire,

Je m’étais maigrie.

À côte de la flamme en fleur, en restant désolée et solitaire.

Je voudrais chanter, rire pour assoupir mon chagrin, certes.

Mais, rires deviendraient les pleurs, et chants, les plaintes.

𦰟心火焠油涅柳

湥紅氷滲燥闌𣜱

吏𢞂典景𡥵𡥵

茶專渃一香敦𤌋堆

305. Ngọn tâm hỏa đốt dàu nét liễu,
Giọt hồng băng thấm ráo làn son.
Lại buồn đến cảnh con con,
Trà chuyên nước nhất, hương đùn khói đôi.

305_ Feu d’angoisse brûlait ma beauté,

Jusqu’aux sourcils de ver-à-soie.

Gouttes de larmes rouges, comme le givre,

S’étaient séchée sous mes joues roses.

Ma tristesse s’impreignait à toutes petites choses.

À la première infusion, je degoûtais le thé.

Et plusieurs fois, l’encens s’était enfumé.

𥪝𡬼𡬷𩈘𡗶賒氽

分飲囂蒙𧘇爲兜

生離𠾕窒時牛

𠬠𢆥群𧡊𩈘饒𠬠𨁮

309. Trong gang tấc mặt trời xa mấy,
Phận hẩm hiu mong (?nhường) ấy vì đâu ?
Sinh ly đòi rất thời Ngâu,
Một năm còn thấy mặt nhau một lần.

309_ Le roi se séparait d’un seul empan

Pourquoi mon sort était-il si douloureux et délaissé ?

En méditant, comment était-elle la séparation

Entre la Tisseuse et le Bouvier ?

Cependant, ils s’étaient rencontrés, une fois par année.

况之拱滥份𣜱粉

𨻫𢆥𢆥直分房空

窖無緣氽九重

𧺀芾染吏絲紅朱鮮

313. Huống chi cũng lạm phần son phấn,
Luống năm năm chực phận buồng không.
Khéo vô duyên mấy (?bấy) cửu trùng,
Thắm nào nhuộm lại tơ hồng cho tươi ?

313_ À plus forte raison, je n’étais qu’une femme de rouge et de fard.

Mais, je me résignais à mon pauvre sort.

Tant d’années, dans cette chambre solitaire.

Peut-être, Ô mon seigneur ! Avais-je manqué de grâce, alors.

Comment pourrais-je réteindre le fil rouge, encore ?

園上苑花唭貝燙

𡓃𠫾衛埃庄𢢅螉

盈壬𠬠𦄂農農

䏾楊边𧘇𨅸𥉩边尼

317. Vườn thượng uyển hoa cười với nắng,
Lối đi về ai chẳng chiều ong ?
Doanh Nhâm một dải nông nông (?nâu sồng),
Bóng dương bên ấy đứng trông bên này.

317_Au jardin royal, les fleurs toutes seules, souriaient au soleil.

Sur les allées, pourquoi les abeilles

Ne les avaient-elles pas cherchées ?

Ressemblant à une flaque d’eau d’un ruisseau asséché,

À ce rivage, l’ombre du soleil s’était montrée

À un autre, je restais debout, à la contempler.

情油𠯆 爫癡耳目

准房空如逐𩄲湄

聀占包仍𣈔𠸗

湥湄久旱群𢠩旦𣈙

 

321. Tình rầu rĩ làm ngây (?khôn khuây) nhĩ mục,
Chốn phòng không như trục (?giục) mây mưa.
Giấc chiêm bao những đêm xưa,
Giọt mưa cửu hạn còn mơ đến rày.

321_ Comment pourrais-je dissiper la tristesse,

En ouvrant yeux, oreilles, chaque jour ?

La chambre vide semblait exciter les plaisirs d’amour.

Dans mon rêve, je me souvenais toujours des muits d’antan.

Ressemblant aux gouttes de pluie, après la sécheresse,

Je les ai rêvées jusqu’à présent.

𨕭𠃩陛固咍庄𨤧

客裙釵麻底冷𣼰

讐饒之唉東風

𧣳園𤋵燙扲芃花桃

325. Trên chín bệ có hay chăng nhẽ ?
Khách quần thoa mà để lạnh lùng !
Thù nhau chi, hỡi đông phong ?
Góc vườn dãi nắng cầm bông hoa đào.

325_ Au trône royal de neuf gradins,

Connaissait-il mon chagrin ?

La jeune femme de sérail devenait plus glaciale, enfin.

Gardiez-vous bien rancune, Ô mon seigneur ?

Pourquoi renfermiez-vous le pêcher, encor,

En un coin d’un jardin ensoleilé, pour toujours.

𢬣造化故牢麻毒

𢯜𠊛𠓨金屋麻制

𢶢𢬣𡎢𡄎事𠁀

㦖呌𠬠㗂朱𨱽矯唫

329. Tay tạo hóa cớ sao mà độc,
Buộc người vào kim ốc mà chơi.
Chống tay ngồi ngẫm sự đời,
Muốn kêu một tiếng cho dài kẻo căm !

329_ Ô créateur ! Pourquoi é tiez-vous si méchant ?

Aviez-vous lié ma vie à la maison d’or pour vous amuser ?

M’appuyant sur les bras, pourtant.

Je méditais aux affaires de cette vie

Et voulais pousser un long cri

Pour oublier ma persistante furie.

坭冷了坭䀡 𧵆𢭬

𧯶沛𣜱溂粉𠱋麻

𡃔 𠊛之貝𦝄𦓅

牢𡥵𥿗𧺀麻𠚢絲𥯋

333. Nơi lạnh lẽo nơi xem gần gạn (?gặn),
Há phai son lạt phấn ru mà ! 
Trêu ngươi chi mấy (?bấy) trăng già,
Sao con (?trao cho) chỉ thắm mà ra tơ mành !

333_Par-ci, l’une semblait glaciale,

Par-là, les autres se sentaient si proches.

Est-ce que ma beauté était déjà fânée ?

Ô Dieu des mariages ! Pourquoi m’aviez-vous taquinée ?

Pourquoi le fil rouge deviendrait-il une mince ficelle

Quand j’étais encore si belle ?

𢚸喭𡄎𢞂惺每餒

曲愁腸貝𦇒羕思

𦰟畑房洞𣈔𠸗

苔花並蒂諸諸渚殘

337. Lòng ngán ngẫm buồn tênh mọi nỗi,
Khúc sầu tràng bối rối dường tơ.
Ngọn đèn phòng động đêm xưa,
Đài hoa tịnh đế chơ chơ (?trơ trơ) chưa tàn.

337_ Mon coeur délaissé s’attristait à toutes les douleurs.

Mes entrailles embrouillées de chagrin,

S’étaient enchevetrées comme la soie d’un écheveau.

Toujours, je me souvenais des nuits d’antan,

De la lampe dans la chambre nuptiale.

Ce bouquet de fleurs jumelles,

Pour jamais, restait encore immobile.

麻量聖多端急買

俸𠚢𢚸𢘭𧿆爲兜

捕𦓅𤏣餒𠸗𢖕

庄𨑴餒𧘇麻𠸫御拱

341. Mà lượng thánh đa đoan kíp mấy (?bấy),
Bỗng ra lòng rúng rẫy vì đâu ?
Bõ già tỏ nỗi xưa sau,
Chẳng đem nỗi ấy mà tâu ngự cùng.

341_ Mais, les sentiments du roi s’étaient changés

Par quelle raison, se bouculait-il soudain ?

Du vieux serviteur, je m’étais informée

De toutes chose d’autrefois et maitenant.

Pourquoi n’aviez-vous pas rapporté au seigneur vénéré ?

𣈔 風雨冷𣼰固𠬠

湥芭蕉聖説扲更

边墻湿倘䏾萤

壁霜𡹠𡵉畑撐矑𤎎

345. Đêm phong vũ lạnh lùng có một,
Giọt ba tiêu thánh thót cầm canh.
Bên tường thấp thoáng bóng huỳnh,
Vách sương nghi ngút, đèn xanh lờ mờ.

345_ Toute seule, je restais dans les nuits de vent et de pluie glaciale.

Les gouttes d’eau, tombant sur les banneliers,

Marquaient le rythme des veilles.

À côte du mur, doucement,

L’ombre des lucioles s’agitait.

En volupte, une couche de brume s’élevait.

À travers d’une lampe, vaguement.

眜諸叺銅瑚㐌𣴓

景肖條敖喭羕包

𢞂尼買噲𢞂牢

𠬠𣈔𢖵景別包饒情

349. Mắt chưa nhắp, đồng hồ đã cạn,
Cảnh tiêu điều ngao ngán dường bao ! 
Buồn này mới gọi buồn sao ?
Một đêm nhớ cảnh biết bao nhiêu tình !

349_ Mes yeux n’étaient pas encore fermés.

L’eau de l’horloge, déjà vidée.

Tout paysage semblait si ennuyeux et découragé.

Quelle tristesse ! Une tristesse si intense et pénétrante .

Je me souvenais toujours des paysages, dans une nuit si émouvante.

䏾駒倘边甍氽餒

仍香愁粉悴朱衝

防欺動旦九重

拧牢朱特𦟐紅如𠸗

353. Bóng câu thoáng bên mành mấy nỗi,
Những hương sầu phấn tủi cho (?sao) xong ! 
Phòng khi động đến cửu trùng,
Giữ sao cho được má hồng như xưa.

353_ L’ombre du checal s’était passée si vite, à travers le store.

Combien de plaintes et de fards honteux, encore

S’écoulaient-ils devant le triste miroir ?

N’osant pas toucher au cœur du roi,

Comme les femmes d’autrefois.

Je voudrais garder mes joues roses, pour jamais.

-------- HẾT -------

2013 © Bản quyền thuộc về Trường THCS Nguyễn Gia Thều.Thiết kế website bởi ngt.edu.vn